Site optimisé pour une résolution minimum de 1280x1024



  PREPARATION KAWASAKI 750 H2
Lectures : 26911

Après plusieurs années d’utilisation très espacées, je suis resté 10 ans sans poser les yeux sur elle. Puis un beau jour n’ayant plus de projet en cours, j’ai décidé de restaurer ma belle « panthère rose ». Une moto qui m’avait donné beaucoup de plaisir à l’époque…
A ce moment-là, elle avait des pots de détente de fabrication maison (quelle musique), un moteur préparé par mes soins (quel plaisir), j’avais aussi renforcé le cadre et le bras oscillant, monté les amortisseurs inclinés (quel confort !!) et supprimé tous les accessoires. Allégée de tous ces kilos superflus la bête n’était pas ridicule par rapport aux motos des années 90.











En avril 2002 je me suis inscrit sur E.chose et ai déclaré ouverte la chasse aux pièces. J’ai procédé avec méthode : pour commencer, j’ai acheté des revues d’époque, sur lesquelles j’ai pu examiner des photos de motos d’origine. J’ai prêté une attention particulière aux photos d’essai de H2 de préséries (donc non conformes au modèle commercialisé). Ces documents ont été d’ailleurs ma référence à chaque étape de la restauration . J’ai également consulté le web pour trouver des photos de motos non restaurées.












Cet examen m’a permis de dresser une liste des pièces les plus visibles qui manquaient sur ma moto :
Les clignotants et pattes de phare avaient été sacrifiées à l’époque pour répondre aux exigences de la mode d’une part et pour gagner quelques kilos d’autre part (le garde- boue arrière en plastique contribuant également à alléger l’ensemble). Le klaxon lui aussi avait été jugé inutile étant donné le bruit distillé par les pots de détente ! Le carter de chaîne avait été modifié pour permettre l’installation des amortisseurs Koni inclinés. J’ai détaillé les photos afin de voir de plus près à quoi ressemblaient les pièces qu’il me fallait trouver.














Ainsi, j’ai petit à petit trouvé toutes les pièces manquantes, sur une période de 5 ans. Pendant ma « chasse aux pièces », j’ai parfois commis l’erreur d’acheter des pièces non conformes au modèle d’origine, par manque de compétence. Mais au fur et à mesure de sa restauration, j’ai acquis une solide connaissance de la H2 et j’ai dû racheter certaines pièces. J’ai également racheté celles qui ne me plaisaient pas sur le plan esthétique.



Finalement mon stock de pièces a commencé à être conséquent. Cependant, il y manquait toujours quelque chose : par exemple les supports de clignotants arrière et avant comprennent une multitude de petites pièces et lorsque je trouvais un ensemble il en manquait toujours une. Mais avec un peu de persévérance j’ai fini par constituer un ensemble complet de chaque.





J’ai également trouvé un beau carter de chaîne, des amortisseurs et des pots très propres (après en avoir acheté plusieurs qui ne correspondaient pas à ce que j’attendais.










J’ai aussi acheté de beaux supports de phare et de clignotants arrière et un garde boue arrière.






Dans le même temps, j’ai commencé le démontage de ma panthère pour tout mettre à plat : en premier lieu, j’ai recherché un cadre. En effet, celui qui était sur ma machine était renforcé et chromé et donc n’était plus d’origine.





Après une longue recherche et après avoir vu de nombreuses épaves de cadres, tordus, coupés, modifiés…..j’ai enfin trouvé un cadre de 1972 qui, par chance, avait un numéro de série très proche du mien, à quelques unités près. Je l’ai nettoyé soigneusement en prenant soin d’éliminer les nombreux gratons de soudure, preuves du manque de sérieux de la fabrication à cette époque ou peut-être déjà de la course à la productivité !



Ma restauration pouvait commencer puisque j’avais trouvé une grande partie des pièces manquantes.
  



Website By Philip. 2018
CONTACT

Admin



Il y a eu 1068894 pages vues depuis le 03/03/2010.



  
Visiteur depuis le 03 mars 2010 :